Un Vitrollais expérimenté me disait récemment : " Quand tu rentres dans un groupe, tu es adulé pour tes qualités. Quand tu en sors, tu es détesté pour tes différences ". J'ai beau me dire que c'est humain, j'ai quand même un peu de mal à avaler la pilule.

Le choix de la Fase Vitrolles fut différent du choix des autres partis du Front de Gauche Vitrollais pour les municipales. Pour des raisons que je ne détaillerai pas ici. Mais ce fut un choix assumé et unanime coté Fase-Vitrolles. Tout comme, en 2008, une partie de la gauche de la gauche fut sur la liste Obino alors qu'une autre partie fit différemment.

Mais le discours de certains, plein de mauvaise foi, de nier cette différence et de nier le statut de Front de Gauche à la Fase-Vitrolles est clairement un déni de démocratie, par pur calcul politicien ou d'égo mal placé.  Je dirai même mieux, un reste malheureux qui peut justifier le terme d' "extrême" gauche que je déteste plus que tout. Vouloir du social avant tout, dans cette période trouble n'a rien d'extrême. Par contre, au niveau local, refuser la contradiction ou la démocratie a là, par contre, un coté extrême que je déteste. Tout comme au niveau national, défendre Poutine et son annexion de la Crimée.

Alors oui, devant ces agissements, j'envisage clairement de quitter ce mouvement Front de Gauche. Mais mon, je l'espere, courage politique me pousse, et ma fidélité à mes amis de la Fase-Vitrolles aussi, à essayer encore un peu, d'améliorer les choses avant de claquer la porte. Et je me dis que les récents résultats électoraux n'en sont que le resultat.