Ah quel bonheur de se réveiller de bon matin, sauter sur son smartphone à la pomme et regarder les tweets: et on arrive directement sur celui de Cécile Duflot qui déclarait hier, à 23h: "Les écologistes satisfaits de leur bilan au gouvernement". Et là, même sans tartine beurrée, un samedi matin on s'étouffe ! Déjà, que ce soit elle qui le dise, on sourit: On va pas laisser la critiques aux autres, bien sur.

Mais que celle que j'ai côtoyé dans une vie antérieure, qui appelait au changement de société, à la révolution verte et autres changements radicaux, vienne nous dire "on est content de ce que l'on a fait et on a influencé positivement le gouvernement", ben là je m'étouffe ! Alors, après 30 secondes sans respiration où j'ai, non pas, revu ma vie défiler devant mes yeux mais le programme d'Eva Joly de 2012, je n'ai pu m'empêcher de retweeter, une main sur ma ventoline et une seconde  sur mon i-truc: "Allez dire ça à ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté, chômeurs et victimes de précarités énergétiques ! 10 millions !"

Parce que, être écolo et se satisfaire de ce qui a été fait pendant cette première année, où de ces annonces de mesurettes, ce n'est plus de la com, ce n'est plus de la propagande, c'est de l' immense n'importe quoi ! Mais, ils en pensaient quoi, hier, les écolos, les vrais (les militants de la base, ceux qui collent les affiches, qui se battent pour la planète sans cabinet ministeriel ou place en 2014 à viser) présents à ces journées d'été ? Pas ceux qui s'invitent aux pots, aux banquets des ministres, qui font de la politique politicienne mais les autres: les passionnés ou les désespérés de l'état de la planète que je côtois à la FASE, au PG, au PCF où à EELV. Pas sur qu'ils soient, eux aussi, satisfaits... Ou alors c'est parce que, comme Noel Mamere, ils sont tellement déçus qu'ils ne sont même pas venus à ces journées d'été d'EELV...